Onglets principaux

Sports

CAN Masculine 2017: Voilà le retour des Lions Indomptables dans l'arène.

Les Lions Indomptables étaient ce 05 décembre à l'annexe II du stade Ahmadou Ahidjo pour un regroupement convoqué par le sélectionneur Hugo Broos. Ils étaient quinze à répondre présents à cet entretien.
0 lectures aujourd'hui
3,045 vues
12/06/2016 - 10:49
0
M'boumi Fredy kristel
Rédacteur
CAN Masculine 2017: Voilà le retour des Lions Indomptables dans l'arène.

Les Lions Indomptables étaient ce 05 décembre à l'annexe II du stade Ahmadou Ahidjo pour un regroupement convoqué par le sélectionneur Hugo Broos. Ils étaient quinze à répondre présents à cet entretien.

 

12 Lions annoncés, 15 à l'arrivée.

Ils étaient quinze à répondre présents à la convocation de l'entraîneur Hugo Broos. Convoqué à la dernière minute comme face à la Zambie, Franck Boya, a rejoint la liste des douze joueurs de départ. On a également noté la présence de plusieurs joueurs en vacances. Jonathan Ngwem de Progresso De Sambizanga en Angola et Anatole Abang de Hobro au Danemark. Débutée aux environs de 16 heures, les Lions ont reçu en toute surprise l'entraîneur en chef des U-23 Richard Towa à la séance d'entraînement.

Des entraînements et non des stages.

Selon les déclarations d'Hugo Broos "Premièrement je n’appellerai pas ça un stage, mais plutôt des entraînements. Il y'a des joueurs qui vont terminer leurs championnats dans les prochains jours ainsi que ceux qui ont déjà terminé. Six à sept joueurs qui devraient aller avec nous à la CAN en janvier qui ont trois à quatre semaines de congés. C'est pourquoi on a organisé ces jours d'entraînements pour qu'ils restent en condition. Naturellement c'est très difficile de s'entraîner avec 5,6,7 joueurs, c'est pourquoi on a ajouté des joueurs U23. Ce sont des joueurs qui peut - être seront des lions après."

Hugo Broos"...Il faut être sévère avec la qualité".

"Ici, on doit apprendre que le football moderne n'est plus comme avant. Avant le Cameroun venait sur le terrain et gagnait son match. Vous savez nous sommes au troisième chapeau à chaque tirage. Ça veut dire qu'il y a 10 pays devant nous. On doit se rattraper et c'est pour cela qu'il faut être sévère avec la qualité. Et, quand je vois les critiques que j'ai eu après la Zambie, moi je ne peux pas me permettre des expérimentations. Je dois être certain que ces joueurs locaux ont le niveau qu'il faut. On va juger et peut-être après la CAN ils auront leur chance." a rajouté le sélectionneur de surseoir l'entretien.

Étiquettes: