Onglets principaux

Sports

Samuel Eto’o Fils nouvel ambassadeur de l’UNICEF pour le Cameroun.

Ce mardi 21 mars 2017 au palais des sports de Yaoundé, l’ancien capitaine des lions indomptables et par ailleurs président fondateur de la fondation Eto’o Fils a été présenté comme nouvel ambassadeur de bonne volonté du Fond des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF).
0 lectures aujourd'hui
2,386 vues
03/21/2017 - 17:15
0
Bryce Leonce MBOE
Rédacteur Cameroun-online

Un communiqué signé par Mme Tchibindat Félicité, représentante de cet organisme au Cameroun annonçait déjà l’évènement qui allait consacrer l’un des meilleurs footballeurs camerounais, africains et même mondiale à sa nouvelle fonction.

Samuel Eto’o Fils qui est considéré comme l’un des footballeurs les plus emblématiques du monde et qui est très engagé dans les mouvements sociaux concernant les enfants défavorisés et la protection de l’enfance et de la jeunesse est une des personnalités camerounaises qui mérite le plus cette distinction. Une distinction qui lui a été reconnu en Espagne depuis 2005 grâce son centre de formation qui utilise le football comme instrument de développement social, économique et culturel.

Lionel Messi à l’Unicef

Il rejoint ainsi la grande famille des personnalités qui ont accepté d’œuvrer pour mettre en relief les défis auxquels font face les enfants vulnérables et de manière globale de soutenir les droits des enfants. On y retrouve notamment la chanteuse Shakira, l’acteur britannique Orlando Bloom, mais aussi son ex-coéquipier du FC Barcelone Lionel Messi.

Un poste bénévole…

Faut-il le rappeler, un ambassadeur de bonne volonté est une fonction à la fois honorifique et bénévole. En effet, les ambassadeurs de bonne volonté de l’UNICEF ne touchent pas de salaire ou peut être encore franc symbolique, seuls certains frais peuvent être éventuellement pris en charge. Beaucoup d'organisations gouvernementales, non gouvernementales, multilatérales, ou à but non lucratif utilisent des ambassadeurs de bonne volonté pour promouvoir leurs programmes en utilisant leur réputation. Ils peuvent participer à des opérations visant le public ou d'autres gouvernements, jouer le rôle de facilitateur pour des opérations de collectes de fonds descendre sur le terrain afin de garantir le retentissement médiatique des actions du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance. De manière générale, les missions de bonne volonté à eux attribuées, sont supervisées par les chefs d'état et ne sollicitent nécessairement pas d'accréditation diplomatique spéciale autre qu’une lettre de créance.

Un test de « bonne volonté… » 

Selon Marissa Buckanoff, chef de la division des relations avec les célébrités de l’UNICEF à New York, les célébrités doivent d’abord passer par une « période d’essai » de six à dix mois avant d’obtenir le titre d’ambassadeur de bonne volonté pour l’UNICEF. « L’objectif de cette période est d’apprendre à se connaître », « On leur donne les informations nécessaires, on s’intéresse à leurs intérêts et on les tient au courant du travail qu’ils accompliront. C’est donc seulement après cette période test que la célébrité est désigné au rang d’ambassadeur de l’UNICEF. »

L’Afrique valorisée

Des critiques acerbes font très souvent la remarques que les activistes célèbres les plus en vue viennent invariablement de l’Europe ou des États-Unis, renforçant du même coup la perception selon laquelle l’Afrique doit être sauvée par l’Occident. Bien qu’un nombre croissant d’ambassadeurs de bonne volonté soit originaire de pays en développement, en particulier au niveau régional et national, il faut reconnaître qu’à une époque où les sources de financement traditionnelles tarissent, « le genre de ressources qu’ont à leur disposition les célébrités occidentales, en particulier celles des États-Unis, est difficile à trouver ailleurs.

Félicitations tout de même au nouvel Ambassadeur de l’UNICEF pour le Cameroun, Samuel Eto’o Fils.

©Bryce Léonce MBOE

Étiquettes: